Performance Web – introduction

Suite à ma conférence lors du dernier CaenCamp sur les performances Web, je vous propose une série de plusieurs billets pour détailler un peu les différents thèmes abordés. Introduction.

Partie 2: Outils et mesure ->

Le Web est en pleine évolution. Malgré l’amélioration constante des connexions, tous les utilisateurs ne sont pas logés à la même enseigne. L’essor des terminaux mobiles est également à prendre en compte. Dans ces conditions variables, les attentes des internautes/mobinautes en terme de rapidité est grandissante, la performance prend donc une dimension de plus en plus importante.

Le matériel, de plus en plus performant, est déjà d’une aide précieuse. Voici par exemple une brève évolution du temps de parsing de 300k de Javascript minifié :

  • iPhone 3G : 3sec
  • iPhone 4 / Nexus S : 330ms
  • iPhone 5s : 110ms
  • iPhone 5s + lazy parsing (pre-parsing) : 40ms

Mais la performance Web, ce n’est pas que de la vitesse, c’est aussi une meilleure expérience utilisateur. Pour ce 1er billet, nous aborderons l’évolution des sites web, mais aussi les attentes et les comportements des utilisateurs face à un site très performant ou, au contraire, peu performant.

Les tendances en chiffres

Nos sites Web grossissent. C’est indéniable. Voici quelques stats :

Evolution du poids des pages - Top 1000 sites

Evolution du poids des pages – Top 1000 sites – Webperformancetoday.com

Le poids des pages évolue. On constate une augmentation du poids total de 56% depuis 2011.Les images prennent une proportion de plus en plus importante.Le poids total moyen d’une page, selon dareboost.com, atteint 1093Kb.
Le poids moyen des scripts loadés était de 96Kb en 2011, il est d’environ 175Kb en 2014. Les scripts représentent en moyenne 24% du poids total des pages.Enfin, fait important : 56% des top 1000 sites chargent plus de 20 tags <script> ! (juin 2014)

Evolution du nombre de scripts - Top 1000 sites

Evolution du nombre de scripts – Top 1000 sites – Webperformancetoday.com

Evolution du nombre de custom fonts - Top 1000 sites

Evolution du nombre de custom fonts – Top 1000 sites – Webperformancetoday.com

 

Les custom fonts sont une petit révolution. Mais elles ne viennent pas sans leur impact sur la performance. En hausse de 625% en 3 ans, les customs fonts trouvent leur place dans près de 29% des sites servant du contenu sur mobile.

 

 

En parallèle, les utilisateurs sont des plus en plus exigeants en terme de vitesse. Alors qu’en 1997, un utilisateur acceptait de patienter près de 10 secondes, ce chiffre est en chute libre. En 2004, le temps d’attente tolérable n’était plus de 5 secondes il y a 10 ans; il tourne autour d’1 seconde en 2014.

Evolution du temps d'attente tolérable

Evolution du temps d’attente tolérable Source http://cba.unl.edu

Quels impacts ?

On l’a dit, la performance a un impact direct sur l’expérience utilisateur. Mais certains effets sont plus mercantiles. En effet, une baisse de performance, si petite soit-elle, peut avoir des gros effets pour les sites les plus en vue.

Voici, par exemple, l’effet constaté d’une baisse minime de performance sur certains sites :

  • En 2011, le temps de réponse sur Amazon a grimpé de 100ms. Résultat : le CA a chûté de 1%
  • La même année, le moteur de recherche Bing renvoyait ses résultats en plus d’1 seconde. Le CA a chûté de 2.8%
  • Lorsqu’en 2006, Google a accusé un délai supplémentaire de 500ms, son trafic a baissé de 20%

A contrario, les effets positifs d’une amélioration en terme de performance sont mesurables : en 2009 Shopzilla fait un gros travail sur la performance, et réduit son temps de réponse de 6 à 1,2 seconde. Ils indiquent par la suite une augmentation du CA entre 5 et 12 %.

Pour les sites e-commerce aussi, la performance est primordiale. 1 seconde de délai supplémentaire peut entraîner une baisse de conversion de 7%. Cela se traduit en plusieurs centaines de millions de dollars pour les plus gros acteurs. On note également des pourcentage plutôt intéressants :

  • 47% des utilisateurs attendent d’une page e-commerce qu’elle se chargent en 2 secondes ou moins
  • 40% des acheteurs quittent une page si elle met plus de 3 secondes à se charger
  • 1 seconde de délai supplémentaire décroît la satisfaction utilisateur de 16%
  • 79% des acheteurs déçus par un site ne reviendront probablement plus sur celui-ci

Voilà pour ce 1er épisode. Dans le second billet, nous verrons comment mesurer la performance sur nos sites Web. Car bien entendu, on ne peut pas gérer ce qu’on ne sait mesurer.

A bientôt !

Partie 2: Outils et mesure ->

3 comments

  • Christophe BENOIT

    Il faut arriver à faire la part entre l’indispensable et le reste. Un carousel c’est bien mais ça nuit généralement aux conversions. Des polices Google Fonts c’est bien mais quel est l’intérêt d’en d’avoir 4 ? Charger Jquery en 3 versions différentes parce que les fonctionnalités annexes (plugins sous WordPress par exemple) le nécessitent est-il vraiment utile ?

    Le plus dur est de choisir (comme d’hab).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *